Si vous ne parvenez pas à lire cet e-mail, cliquez ici
La lettre d'Ines - Bonjour
22 août 2019 / Lettre 200
À chaque fois que je vais à Marseille, je suis émerveillée. J’adore cette ville ! Cette année, j’y suis allée 2 jours : un jour en mer et 1 jour pour me balader dans la ville. Voilà un petit aperçu de ces 48 heures de bonheur.
Encordées
Cette fois-ci, j’ai loué une goélette pour la journée, une autre façon de voir Marseille et de profiter de ses calanques souvent difficiles d’accès par la route. L’Alliance est un voilier magnifique, tout en chêne. À l’origine c’était un thonier, construit en 1949 dont le port d’attache était Les Sables-d’Olonne. Puis il a été transformé en goélette aurique et a pris pour port d’attache le Vieux Port de Marseille. On peut le privatiser et y passer la journée entre copains (jusqu’à 27 personnes) ou alors profiter des « croisières à partager ». Quand Attilio coupe les moteurs et hisse les voiles, c’est tout simplement inouï !
La poupe d’Alliance
La poupe d’Alliance
La proue d’Alliance
La proue d’Alliance
Hisser les voiles
Hisser les voiles
Marseille vue du large
Marseille vue du large
L'île de Riou
L'île de Riou
Paysages sublimes !
Paysages sublimes !
Encordées
Le soir, de retour à Marseille, je suis allée dîner à La Cantinetta située dans le quartier du Cours Julien. Pierre-Antoine Denis l’adorable patron des lieux a réussi à créer une ambiance chaleureuse, dans un lieu ravissant (notamment la terrasse intérieure) où l’on se délecte de plats italiens.
Adresse incontournable !
Adresse incontournable !
La terrasse intérieure
La terrasse intérieure
Au menu
Au menu
Encordées
Le lendemain, passage obligé chez Maison Empereur, plus vieille quincaillerie de France que je visite à chaque fois religieusement. Bricolage, droguerie, jardinage, vaisselle, jouets... Il y a de tout chez Maison Empereur ! La sélection de produits souvent désuets est ravissante. Pour couronner le tout, il y a également un florilège de vêtements de tradition qui évidemment m’enchantent !
Tabliers
Tabliers
Jerricans
Jerricans
À chacun sa brosse
À chacun sa brosse
Le paradis du jouet
Le paradis du jouet
D’hier et d’aujourd’hui
D’hier et d’aujourd’hui
Heureuse !
Heureuse !
Encordées
En sortant de chez Maison Empereur, tu peux t’arrêter 3 secondes chez Vent Contraire, toute petite boutique dans laquelle, j’ai repéré, entre autres, un joli petit banc et de jolis rideaux. Et puis, si tu remontes la rue d’Aubagne, au numéro 16, tu tomberas sur un cas de paniélite aigüe... En matière de paniers, j’ai trouvé mes maîtres !
Avis favorable
Avis favorable
Beau banc
Beau banc
Rideau !
Rideau !
Large choix !
Large choix !
Oser l’osier
Oser l’osier
Hommage à Jacquemus
Hommage à Jacquemus
Encordées
Loin de moi l’idée d’évoquer ce sport que certains hurluberlus pratiquent, mais plutôt un concept store ultra prisé au nom singulier dont la devanture ferait plutôt penser à une boucherie (en même temps, c’est une ancienne boucherie !) qu’à une boutique multimarques. Jogging, concept imaginé par Olivier Amsellem et Charlotte Brunet propose un choix de marques dans l’air du temps (Jacquemus en vedette), l’occasion de m’extasier devant les bijoux de Charlotte Chesnais, de découvrir des pantalons admirablement bien coupés de chez Christophe Lemaire et d’admirer les mugs sublimes de ma copine Serena Carone pour Astier de Villate. Au fond de la boutique, il y a aussi une arrière-cour charmante où l’on peut déjeuner.
Oui, c’est là !
Oui, c’est là !
Étal de bijoux
Étal de bijoux
Ô Charlotte Chesnais !
Ô Charlotte Chesnais !
La bague au doigt
La bague au doigt
Détail pittoresque
Détail pittoresque
À l’ombre de la mode
À l’ombre de la mode
Encordées
Sur l’excellent conseil de Paul, jeune homme exquis aux mille adresses inégalables, je suis allée déjeuner au Bistrot Plage. L’endroit, situé juste en dessous de la porte d’Orient, est idéal pour déjeuner et se baigner tout en profitant d’une vue imprenable sur le château d’If et les îles du Frioul.
Comme son nom l’indique
Comme son nom l’indique
Authentique !
Authentique !
Au loin, la porte d’Orient
Au loin, la porte d’Orient
Transats & parasols
Transats & parasols
Hôtel Peron, là depuis 1925
Hôtel Peron, là depuis 1925
Le bonheur à l’état pur
Le bonheur à l’état pur
Encordées
En longeant la côte par la corniche du président Kennedy, tu pourras aussi découvrir l’Anse de Maldormé. Descends les escaliers et installe ta serviette sur l’un des rochers. L’eau turquoise, les gens, la magnifique petite maison jaune en face, tout me fait aimer cet endroit. Et après un délicieux bain de mer (après l’effort, le réconfort), tu peux aller prendre un verre sur la terrasse du Petit Nice Passédat et admirer la vue panoramique.
Je ne m’en lasse pas !
Je ne m’en lasse pas !
Paradis !
Paradis !
Une mauresque, peuchère !
Une mauresque, peuchère !
Déjà petit
Si Rouget (de l’Isle) a écrit La Marseillaise, Puget (de Marseille) a inventé, avec Poussin en peinture, le classicisme français en architecture et en sculpture. Il fut une immense star (note l’anachronisme) à l’époque de Louis XIV, puis adulé par les romantiques au XIXe. Et le voilà complètement oublié. Mais dans sa ville natale, on voit encore quelques un de ses beaux bâtiments (l’hôtel de ville, une halle, un immeuble, la vieille charité) et des œuvres au musée des beaux arts (qui est un bâtiment second empire presque comique tellement il est chargé). Donc, Puget, avant d’être une grande marque d’huile d’olive, est le nom du maître de cet art d’exprimer le plus avec le moins comme Gide définissait l’art classique français.
La Vieille Charité
La Vieille Charité
Perspectives
Perspectives
L’Hôtel de Ville
L’Hôtel de Ville
Bas-relief
Bas-relief
Encordées
En quittant Marseille, je me suis arrêtée pour visiter la Cité Radieuse imaginée par Le Corbusier dans le cadre de la reconstruction d’après-guerre. Destinée à loger 1600 personnes ce « village vertical » est le fruit d’une longue réflexion de l’architecte sur le logement social. L’idée était d’offrir à ses habitants des appartements aménagés comme de petites maisons avec terrasses (à chacun son jardin) et respectait l’intimité familiale. Un gigantesque toit terrasse avec une vue époustouflante sur Marseille, regroupait un gymnase, une piste d’athlétisme, un solarium, un théâtre, un jardin d’enfants et même une pataugeoire. L’édifice est impressionnant, on aime ou on aime pas, mais on ne peut pas y être indifférent. On peut toutefois regretter que le souci du bien-être familial, dans le cadre des logements sociaux, ait par la suite souvent été négligé.
Edifiée entre 1947 et 1952
Edifiée entre 1947 et 1952
Béton par souci économique
Béton par souci économique
Jeux de lumières
Jeux de lumières
Bois & béton
Bois & béton
Toit-terrasse magistral
Toit-terrasse magistral
Toute petite pour une fois !
Toute petite pour une fois !
Mon vinyle
Vinyle image vinyle
Au château d’If – Perchicot Nice Côte d’Azur 1939-1951
Une chanson pas des plus récentes, mais bien à propos, il me semble !
Je l'écoute en boucle
Deezer Spotify
emanations
La semaine prochaine, je te raconterai sans doute ma visite à Nîmes et te donnerai quelques adresses des environs de Tarascon, mon lieu de villégiature préféré. En attendant, j’espère que tu passes de belles vacances et je me réjouis de te retrouver jeudi prochain !
Separateur
Merci - Mille baisers - Ines
© La lettre d'Ines 2019 | Se désinscrire | CGU